Définie par deux décrets, « Bologne » du 31 mars 2004 et « Bologne III » du 25 mai 2007, la formation doctorale constitue un troisième cycle d'études. C'est le plus haut niveau universitaire, il octroie à celui qui le détient le titre de « docteur ».

Si chaque université-membre gère le parcours doctoral (inscription, promoteur, diplomation...), l’École doctorale en Sciences juridique est compétente pour la coordination et le promotion de la recherche doctorale dans le domaine des Sciences juridiques. Pour le doctorant, elle intervient notamment lors de l'organisation de séminaires doctoraux

Objectifs de la formation

Expérience de recherche, la formation doctorale se donne pour but de développer un ensemble de connaissances et compétences communes et individuelles.

Un doctorant sera suivi tout au long de son cursus par un promoteur, garant de la valeur scientifique de la thèse. Il aura l'occasion de participer à différentes activités, valorisables pour son parcours. Entre autres, un doctorant pourra :

- Participer à diverses formations ;
- Participer aux séminaires doctoraux (thématiques ou méthodologiques) ;
- Participer à des concours (par exemple : « Ma thèse en 180 secondes » ;
- Contribuer à des colloques ou aux séminaires doctoraux en Belgique et à l’étranger ;
- Apporter son expertise au sein d’entreprises ou d’organisations ;
- Participer à la rédaction d'articles ou d’ouvrages ;
- Collaborer avec des chercheurs belges ou étrangers grâce à différents réseaux ;
- Réaliser une partie de sa thèse à l’étranger ou effectuer un séjour de recherche.

Toutes ses activités permettront aux doctorants d’acquérir un socle de compétences commun mais aussi de personnaliser son parcours.

Débouchés

Souvent réduit aux carrières d'enseignants, un docteur en Sciences juridique est avant tout un juriste de haut niveau. Ses qualités seront appréciées aussi bien dans le secteur public que privé où il pourra exercer les métiers de chercheurs, conseillers, gestionnaires de projets...


Devenir doctorant