Souvent réduit aux carrières académiques, un docteur en Sciences juridique est avant tout un juriste de haut niveau. Autonome et pourvu de la rigueur scientifique, il a démontré son esprit d’analyse et de synthèse.

Son parcours doctoral lui a permis d'approfondir diverses matières juridiques mais l'a également habitué à trouver des solutions aux problèmes les plus complexes. La rédaction du travail doctoral lui a imposé -outre une parfaite maîtrise de l’écriture- une rigueur d’analyse et un sens de la méthode qui peuvent s’avérer extrêmement utiles dans n’importe quelle profession juridique, qu’elle soit judiciaire ou non. Parce qu’il a été confronté aux limites de son savoir, il est en outre capable de poser un regard critique sur ses acquis et de les mettre à jour au besoin.

Ses capacités pédagogiques sont également appréciées, il est courant qu’un docteur en Sciences juridiques soit appelé à participer à des colloques ou groupes de travail/réflexion ainsi qu’à siéger au sein d’instances. Au sein d’une équipe, c’est un atout non-négligeable pour une politique de transmission des savoirs et compétences.

Autant de qualités qui peuvent faire la différence dans un monde de plus en plus concurrentiel, aussi bien en entreprises que dans les organisations. Pour les partenaires étrangers, notamment anglo-saxons, être porteur du titre de docteur est perçu très positivement et garantit un niveau d’expertise élevé.

 

Devenir doctorant
Services aux employeurs