Histoire de la revue

Le Réseau international sur la professionnalisation des communicateurs (RESIPROC) regroupe des chercheurs et praticiens belges, canadiens et français. Il a été constitué en 2011 afin de comprendre les évolutions des pratiques en communication, d’interroger le rôle des formations universitaires en communication, de renforcer le dialogue entre les communautés professionnelles et universitaires et, in fine, de définir ce qu’il faut entendre par professionnalisation en et de la communication.

Afin de valoriser ces recherches, le réseau lance Les Cahiers du RESIPROC, sous la direction de François Lambotte (prof. en communication à l’UCL– LASCO, Belgique).

En 2015 Les Cahiers changent de nom et deviennent la revue Communication et professionnalisation. Ce changement a un double objectif : celui de rendre plus directement lisible et explicite le projet éditorial et son positionnement en SIC d’une part;  d’autre part, il s’agit de lever une ambiguïté possible sur le terme de « Cahiers », qui ne traduit pas suffisamment le fonctionnement d’une publication scientifique. En 2017, la revue passe à un rythme de publication semestriel.

 

Contributions attendues

Communication & professionnalisation publie des travaux entourant les différentes dynamiques de la professionnalisation des communicateurs (communicant). Ces dynamiques peuvent être abordées selon différentes perspectives (sociologiques, éthiques, déontologiques, critiques, économiques, organisationnelles), mais également au travers des différentes pratiques professionnelles (communication interne, communication marketing, relations publiques, communication numérique, communication médiatique, communication politique, management de la communication).

La revue accueille des contributions reposant sur des recherches, des expériences professionnelles ou des travaux étudiants. Même si la majorité des articles au sein d’un numéro est liée à la thématique principale, la revue accueille dans la partie « varia » des contributions diverses. Ces contributions seront dans un premier temps soumises au comité éditorial qui s’assurera de la pertinence de la contribution quant aux objectifs du réseau RESIPROC.